[Logistique] Legallais disposera d’un second hub de 18 000 m² d’ici 2023

Stéphane Vigliandi
Image

Près de Caen, dans le Calvados, l’enseigne spécialisée en quincaillerie et plomberie va considérablement muscler ses capacités logistiques. Après l’extension de sa plateforme historique, le chantier d’un second hub sera lancé à l’automne prochain.

Partager sur

EN PHOTO • Pour continuer à moderniser sa logistique et augmenter ses capacités de stockage, Legallais investit environ 25 M€. Dans deux ans, l'enseigne s’appuiera sur 45 000 m² d’entrepôts pour servir ses quelque 60 000 clients en compte qui commandent notamment via sa plateforme d'e-commerce et d'e-procurement (soit 20-25 % des ventes du distributeur). Ici, perspective du futur hub #2 qui sera opérationnel d'ici à novembre 2023.

À l’automne 2023 « au plus tard », le navire amiral du groupe Grand Comptoir s’appuiera sur un dispositif logistique de l’ordre de 45 000 m² couverts contre environ 24 000 m² actuellement. « C’est un redimensionnement complet de la supply chain dans lequel l’entreprise s’engage pour augmenter à terme nos capacités logistiques et de stockage, mais aussi améliorer encore la productivité amont de nos flux pour la préparation des commandes clients », indique Sandrine Graizon, directrice logistique du distributeur.

Depuis la rentrée, les premiers “coups de pioches” ont été donnés pour agrandir l’entrepôt historique de l’enseigne implanté à Saint-André-sur-Orne, au sud-ouest de Caen. La surface couverte de la plateforme sera passée de 24 000 m² à 27 000 m². Le but est de doubler la capacité de stockage qui est d’environ 90 000 emplacements à ce jour. Livrée en janvier prochain, cette extension de 3 000 m² permettra au distributeur de disposer au total de quatre allées de racks dont deux supplémentaires (23 niveaux de stockage).

Bras robotisé et IA

Les process d’automatisation vont également être modernisés en adoptant la technologie du Pick-it-Easy de Knapp – un groupe autrichien spécialisé dans les solutions de pilotage logistique. Il s’agit d’un bras robotisé autonome qui est doté d’un système de vision basé sur l’intelligence artificielle (IA).

Le dispositif identifie chaque article et détermine entre autres la meilleure vitesse de saisie des produits avant qu’ils ne soient déposés sur le convoyeur à bacs pour le tri, le regroupement et l’acheminement vers les postes d’expédition qui, eux aussi, font l’objet d’une refonte totale.

Dès septembre prochain, l’extension de 3 000 m² accueillera deux allées de racks équipées de 46 robots de type shuttle. Nom de code de ce redimensionnement de la supply chain soutenu enre autres par la région Normandie : NEL pour “Nouvel Entrepôt Logistique”.

« En début de chaîne de préparation des commandes, nous allons disposer d’une véritable “Ferrari”, tandis qu’en fin de chaîne nous passerons de 12 à 32 “brins de tris” : des convoyeurs compactes destinés aux acheminements et à l’expédition des marchandises, détaille Sandrine Graizon. Ces outils de massification de la préparation des commandes va permettre d’accélérer les réapprovisionnements des points de vente [25 sites à ce jour], de répondre au succès du drive, d’être toujours plus réactif et d’améliorer encore le taux de service (97 % actuellement) pour les livraisons à J+1 sur toute la France (e-commerce, call & collect, retrait en agences, livraisons sur chantier…). » Adossée aux process de cross-docking, ce nouvel écosystème aura une autre vertu : réduire les coûts logistiques par rapport au système traditionnel du picking.

Recrutements

Second chantier majeur au cœur de la supply chain qui fera migrer Legallais vers « une logique de “value chain” [chaîne de valeur] » : la construction d’une nouvelle plateforme. Implantée cette fois-ci en périphérie sud de Caen, à Saint-André-sur-Orne, le hub #2 se déploiera sur environ 18 000 m² de surface couverte. Il remplacera l’actuel entrepôt ouvert en 2005. Tout comme l’extension en cours, cette plateforme logistique et de stockage sera certifiée “Breeam Very Good” – l’équivalent britannique du label HQE. Il sera notamment autonome en énergie grâce à l’installation d’une toiture photovoltaïque qui développera une puissance de 150 kWc.

Début des travaux courant 2022 pour une livraison a priori au printemps 2023. Là aussi, le site bénéficiera sur la même architecture technologique que son aîné. Pas question pour autant de réduire les effectifs logistiques. « Il y aura bien sûr un redéploiement partiel des collaborateurs du hub #1 vers le hub #2 pour la préparation des commandes et l’expédition. Une cinquantaine de recrutements est aussi prévue dans le cadre de ce redimensionnement logistique », précise Sandrine Graizon.

Actuellement, l’enseigne s’appuie sur un plan de stock de l’ordre de 50 000 références. Mais « d’ici à 2026, notre capacité de stockage sera de plus de 70 000 références », calcule la manager. Dans l’immédiat, ce redimensionnement va permettre d’accroître le stockage des produits de plomberie, chauffage et sanitaire : des univers métiers que l’enseigne développe depuis quelques années.

Autre marché sur lequel souhaite se renforcer la filiale de Grand Comptoir ? Les EPI à la suite du rachat en juin dernier du distributeur mayennais Protecthoms : un segment qui pèse, bon an, mal an entre 1,2 et 1,5 Md€ en France et que Philippe Nantermoz, le président de Legallais et DG de Grand Comptoir, considère « encore trop peu exploité auprès des clients professionnels de Legallais ». Une partie des 23 000 références qui figurent au catalogue de Protecthoms devraient, vraisemblablement, trouver de la place dans les entrepôts normands du spécialiste en quincaillerie.

Stéphane Vigliandi
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire