Image
Grand angle Milwaukee
Image
milwaukee
Image
pavé
Image
milwaukee

Chauffage : le SER et la FIPC s'allient pour faire pousser l'énergie Bois

Marie-Laure Barriera
Image
chauffage bois

Améliorer la qualité, les services et structurer la filière constituent les principaux objectifs du protocole d'accord noué entre les deux partenaires dont l'ambition est de développer le chauffage au bois, comme réponse au défi de la transition énergétique.

Partager sur

En chauffage principal ou en complément, le bois est la source d’énergie renouvelable la plus utilisée aujourd’hui en France par les particuliers, exposent la FIPC et le SER pour expliquer le contexte du protocole d’accord signé le 22 mars. Un constat favorable, mais qui, pour les deux parties prenantes, engage à mieux structurer la filière pour apporter « une qualité d’information et de service toujours plus élevée » dans le cadre de la transition écologique et l’amélioration de la qualité de l’air.
L’objectif de cet accord est de travailler ensemble au développement de cette énergie renouvelable, en favorisant un dialogue régulier entre les installateurs regroupés au sein de la FIPC, les fabricants et l’ensemble de l’écosystème du chauffage au bois domestique. 
 

Les fabricants d'appareils indépendants s'appuient sur des revendeurs installateurs pour assurer la pose et la maintenance de leurs appareils. Les installateurs ont des relations étroites avec les fabricants à qui ils achètent les poêles et cheminées qu'ils posent. Il est donc naturel que s'établisse une relation tout aussi étroite entre le SER fédérant essentiellement les fabricants et la FIPC regroupant les installateurs. 

Afin de concrétiser cette « vision commune », ce protocole signé par la Fédération des installateurs de poêles et de cheminées et le Syndicat des énergies renouvelables prévoit plusieurs engagements : « l’instauration d’un dialogue régulier entre nos deux organisations, de manière à approfondir la compréhension des attentes et des besoins mutuels et faciliter l'émergence de projets vertueux sur le terrain » ; « Le partage d'informations relatives à l'impact du chauffage au bois sur la qualité de l'air. » ; « Une mise en commun et une diffusion des bonnes pratiques définies par la profession (mises en place de formations, de guides, ... ) ; « Une coordination des actions de communication auprès des médias et du grand public pour soutenir le secteur du chauffage au bois pour les sujets concernant nos deux organisations. » ; Une coordination des relations avec les pouvoirs publics et administrations, sur le plan national comme européen, afin de participer aux travaux réglementaires et défendre le développement du chauffage au bois en France » ; enfin, « Une valorisation de ces travaux au sein de nos réseaux respectifs. »
Autant d’axes de coopération qui feront l’objet de points d’étape réguliers afin d’assurer le développement du chauffage au bois en France, « une nécessité impérieuse pour lutter contre le dérèglement climatique, atteindre la neutralité carbone et assurer notre sécurité énergétique », estiment les deux partenaires. 

Mémo FIPC et SER

La Fédération des Installateurs de Poêles et Cheminées (FIPC) est un syndicat professionnel qui fédère 290 adhérents, dont 260 installateurs et 30 membres associés partenaires. Créé en 2022 il s’est donné pour mission « d'adresser tous les enjeux auxquels sont confrontés les professionnels de l'installation de poêles et cheminées afin d'y apporter des réponses et d'asseoir la place de l'installateur au cœur de son secteur d'activité. » 

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) rassemble les industriels de l'ensemble des filières des énergies renouvelables et de récupération: bois-énergie, biocarburants, éolien, énergies marines, gaz renouvelables, géothermie et pompes à chaleur, hydroélectricité, solaire et valorisation énergétique des déchets. Il compte plus de 460 adhérents, et a pour objectif de « développer la filière industrielle des énergies renouvelables en France et promouvoir la création d'emplois et de valeur ajoutée sur le territoire national ».

Marie-Laure Barriera
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire