Groupe Setin : une 36e agence... sur un air de Vendée Globe

Stéphane Vigliandi
Image
Partager sur
[Zepros Négoce] Tout en poursuivant son maillage territorial, le multispécialiste en quofi optimise encore la logistique. Et se prépare, aux côtés du skipper Manuel Cousin, au mythique Vendée Globe en 2020.
Installé près de Rouen, le groupe familial continue progressivement de sortir de son bastion historique : la Normandie et la Picardie. « Depuis trois ans, le mouvement s’accélère au sein de nos cinq sociétés [Quincaillerie Setin, Roimier, Beauceronne, Picarde et Jorlin]. Avec, entre autres, Saintes et Toulouse fin 2016, puis Coignières (78) en juin 2017 », rappelle Éric Setin, le PDG de l’entreprise éponyme. À la rentrée, l’enseigne Setin a déménagé son dépôt de Bordeaux à Mérignac. Disposant de 800 m² de vente (showroom + comptoir), l’agence bordelaise devient aussi le second site du groupe à proposer la location de matériels de soudage. Le tout premier Setin Location Soudage avait été ouvert courant 2015 à Oudalle, près du Havre. Tout juste un an après son arrivée dans l'Allier avec un premier point de vente à Montluçon, le grossiste indépendant vient aussi d’implanter la 19e agence Setin, début septembre, aux Sables-d’Olonne, en Vendée. C’est le 36e point de vente du groupe. Désormais, le distributeur revendique « un peu plus de 66 000 m² cumulés » de surface de vente sur l’ensemble de ses cinq enseignes.« Nous souhaitons continuer à améliorer notre couverture nationale, mais nous ne nous sommes pas lancés dans une course à l’échalote coûte que coûte ! Si notre activité E-commerce se développe en parallèle, le but est avant tout de permettre aux clients de réduire leur temps de trajet pour se rendre en agence », tempère le dirigeant qui est aussi l’actuel coprésident du GIE Éqip.
Image

Sponsoring voile

Aux Sables-d’Olonne, la nouvelle agence sera d’ailleurs aux avant-postes pour accueillir, lors du départ du prochain Vendée Globe, Manuel Cousin : le skipper que le Groupe Setin sponsorise depuis quatre ans. Jusqu’à l’an passé, le navigateur diéppois évoluait en Classe 40. Désormais, il barre un Imoca 71 de 60 pieds (18,29 m) mis à l’eau en avril 2018. Il s’agit de l’ancien monocoque d’Arnaud Boissières, sponsorisé alors par La Mie Câline et Artipôle. « Pour le groupe, c’est bien sûr un formidable levier afin de développer la visibilité et la notoriété de nos enseignes », convient Éric Setin qui évoque « un budget conséquent ». Sponsor voile de Jean Le Cam entre 2006 et 2009, VM – alors VM Matériaux –, par exemple, avait signé un contrat avec le navigateur à l’impressionnant palmarès. À l’époque, l'investissement absorbait près de 10 % du budget en marketing, communication et promotion du groupe vendéen. De son côté, le Groupe Quéguiner – engagé dans la voile depuis 2012 – affiche une enveloppe annuelle d’environ 1,5 M€ par an (voir notre dossier Sponsoring, en pages 26-29).Désormais dans le club restreint des soixante pieds, Manuel Cousin qui évolue dans le circuit professionnel depuis cinq ans, a bien sûr dans son viseur la 9e édition du Vendée Globe aux côtés de son sponsor. Cette mythique course en solitaire autour du monde partira des Sables-d’Olonne en novembre 2020. Au sein du Groupe Setin, on croise les doigts. D’autant que 2020 sera « une grande année » pour le distributeur qui célèbre ses 100 ans. Entre temps, son skipper se lance avec Gildas Morvan sur la Transat Jacques Vabre qui partira du Havre le 27 octobre prochain.

LOGISTIQUE • Extension près d’Alençon

Image
En 2018, le Groupe Setin agrandissait de 2 500 m² son centre logistique principal à Martot, près de Rouen, où se situe le siège du distributeur. Les travaux ont permis de porter le site à 16 500 m² couverts. À Valframbert, dans l’Eure, c’est au tour du centre logistique de la Quincaillerie Roimier de faire l’objet de travaux d’extension et de réorganisation. Pour « répondre encore mieux aux attentes des clients », la capacité de stockage va quasiment doubler et sera portée à 5 000 m². Un quai supplémentaire de réception et d’expédition sera installé (soit 4 quais à terme). Enfin, l’entrepôt va aussi disposer d’un poste de travail en plus pour la réception et la mise en colis des commandes. Selon le groupe, ces travaux doivent permettre de « continuer de livrer les clients à la demi-journée dans trois départements : la Sarthe, la Mayenne et l’Orne. Mais aussi de développer l’activité dans le Maine-et-Loire ». À Chartres, le quincaillier dispose d’un 3e centre logistique.
Stéphane Vigliandi
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire