Sponsorisé par Bricoman

Un garagiste défend les patrons ! Sa vidéo devient virale. Interview de Kevin Marchand

Denis Gentile
Image
Kevin Marchand, garagiste, patron et champion toutes catégories sur TikTok

Sa vidéo sur les patrons a fait plus de 2,5 millions de visualisations, plusieurs centaines de milliers de commentaires, likes et partages. On parle de lui partout sur les réseaux sociaux. Mais qui est-il vraiment ? Et quels conseils peut-il donner aux artisans de l’automobile bien sûr, mais aussi du bâtiment ? Voici la première partie de l’interview exclusive de Kevin Marchand.

Partager sur

Je ne suis pas détective privé ni même commissaire de police. Pourtant, dans mon métier, on a aussi des « indics », des « Huggy-les-bons-tuyaux » pour les « Starsky et Hutch » du web comme moi. 

Parmi eux, vous avez découvert Stéphane Aria le mois dernier dans une interview sur le réseau social n°1, j’ai nommé TikTok.

Il connaît non seulement TikTok, mais surtout, il s’intéresse à tous ceux qui publient de bons posts et qui ont des profils passionnants. Il échange avec eux au cours de conversations qui durent des heures pendant plusieurs jours. C’est aussi ça la mission des artisans connectés. Leur force, c’est l’authenticité des relations qu’ils ont avec les autres.

C’est exactement ce qui s’est passé le lendemain de la publication de cet article : « Comment percer sur TikTok avec Stéphane Aria ?  « Eh salut ! » vous livre ses secrets »

Il m’envoie cette vidéo de Kevin.760hp et me dit : « Regarde ça et rappelle-moi juste après ».

Kevin Marchand (Partie 1)

L'interview de Kevin Marchand

Impressionnant ! Non ?

Vous vous en doutez bien, j’ai rappelé Stéphane sans plus tarder. Et il me dit d’emblée :

« J’ai parlé de toi à Kevin et je lui ai demandé de lire l’interview que tu as faite de moi. Il l’a trouvée super et il serait content de répondre à son tour à tes questions. » 

Voici l’interview de Kevin Marchand, un garagiste de 31 ans quelque part en Normandie.

Kevin, comme plus de 2 millions et demi de personnes, j’ai été bluffé par ta vidéo. On dirait le teaser d’un film hollywoodien : un scénario efficace, un acteur qui n’a rien à envier à De Niro et un montage qui vous tient en haleine du début à la fin. Comment et pourquoi as-tu fait cette vidéo on dirait un film de pro ?

« J’ai eu l’idée de faire cette vidéo en réaction à des commentaires trash sur TikTok sur l’image du patron, à des réactions de mes employés, mais aussi à de nombreuses questions me demandant : « comment as-tu fait pour réussir. »

Il était 23 heures 55 et je venais de terminer une vidange, je m’assois à mon bureau, je regarde mes notifications et là, un commentaire me pique au vif : « avec Macron élu, tu vas pouvoir t’acheter une nouvelle voiture GTR ! » »

Et là, tu pars au quart de tour ?

« Je montre l’envers du décor à ceux qui m’interrogent et m’interpellent,  je montre mon quotidien aux futurs entrepreneurs, comment cela se passe réellement. Car on n’en parle pas dans les médias traditionnels. »

Où trouver les chefs d’entreprise ? Sur TikTok !

Image
4000 patrons ont commenté la vidéo de Kevin sur TikTok !
4000 patrons ont commenté la vidéo de Kevin sur TikTok !

C’est aussi ça le rôle des réseaux sociaux et c’est un conseil que l’on peut donner aux artisans qui travaillent dans le secteur de l’automobile comme du bâtiment. Vous avez la possibilité de filmer et commenter votre réalité au jour le jour, sans aucun filtre, en étant sincère. Est-ce que c’est aussi un moyen de montrer que tu es fier de ton travail ?

« Absolument Denis. Je suis fier de ce que je fais. Je montre qu’un patron, grâce aux bénéfices de mon entreprise, pour acheter des caisses à outils neuves à mes employés, des nouveaux crics, des nouveaux luminaires, un nouvel ordinateur. J’investis dans la technologie à 100 %. Je préfère prendre un salaire inférieur, mais pérenniser ma société. »

Tu as eu énormément de réactions positives sur TikTok. Est-ce que tu as eu des chefs d’entreprise ?

« Oui, sur 6000 commentaires, plus de 4000 viennent de chefs d’entreprise. Ils sont donc bien présents sur TikTok ! Ils n’ont pas autre chose à faire comme diraient les trolls (rires). »

C’est la démonstration que TikTok est devenu aussi un réseau professionnel. 

En regardant ta vidéo, on comprend que tu es un patron qui s’engage corps et âme dans sa mission. Oui, mais si toi, tu es devenu garagiste, c’est par pure passion pour l’automobile. Pourtant, on a l’impression que tu n’arrives plus à la vivre à fond. C’est bien ça ?

« C’est mon grand regret. Contrairement à ce que l’on peut penser, je n’ai pas choisi d’être patron. »

Je n'ai pas choisi d'être patron !

Alors là, c’est un rebondissement  tes vidéos ont fait de toi le plus grand défenseur des patrons, mais tu n’as pas choisi cette voie. Tu es donc un patron malgré toi, ça mérite bien quelques explications.

« J’étais à la rue.

Côté professionnel, je travaillais bien dans ce garage, mais il était en train de couler. Mon patron avait mis en vente son affaire.

Côté privé, j’étais logé depuis 3 ans chez mes beaux-parents et je ne trouvais aucune location. Mes dossiers étaient systématiquement refusés.

Un entrepreneur semble intéresser pour reprendre le garage, mais au dernier moment, il se désiste.

J’ai vu mon patron et je lui ai posé un ultimatum. Si l’entreprise n’avait pas un repreneur rapidement et si je n’avais pas une augmentation de salaire pour pouvoir vivre et trouver un appartement, j’irais voir ailleurs.

Finalement, un matin, il me présente un dossier en me disant : 

« Tiens, si tu signes en bas et à droite, la société est à toi pour tant d'euros. Sinon, j’arrête tout. »

Tout ce que j’avais commencé à construire s’effondrait… sauf si je signais en bas et à droite ! Je n’ai pas eu le choix.

Je n’ai touché aucune aide, car je n’étais pas au chômage et j’ai vendu tous mes biens : quad, moto, téléviseur, chaîne hi-fi, meubles, etc. »

À quel moment, tu t’es dit, c’est bon, je suis sorti de la galère ?

« Quand mon comptable m’a dit au bout de 3 mois que je pouvais déjà récupérer ma mise de départ ! J’ai même doublé le chiffre d’affaires dès la première année. »

Un Mickey de TikTok qui fait rire les autres !

Image
« Je suis un « Mickey de TikTok ». Je fais juste rire les autres ! »
« Je suis un « Mickey de TikTok ». Je fais juste rire les autres ! »

On dirait presque un conte de fées, c’est un peu magique. Quel est ton secret pour réussir ?

«  C’est simple, quand je me lève le matin, je vais au boulot en me mettant dans la peau non pas du patron, mais d’un employé et je fais tout pour que « mon patron » soit satisfait de mon travail. »

Cette vidéo a fait le buzz, mais si on va sur ton compte TikTok, on en découvre d’autres du même acabit sur l’outillage et surtout le monde de l’automobile. Tu es devenu, malgré toi, un influenceur, car si j’ai bien compris, ce n’est pas ton but ?

«  Je ne suis pas un influenceur, je n’influence personne. Je suis un « Mickey de TikTok ». Je fais rire les autres, je les divertis. À l’école, j’étais déjà comme ça, j’étais celui qui amusait la galerie. En plus, aujourd’hui , je suis libre. Je peux faire ça sans avoir un surveillant, un prof ou un directeur qui me disent d’arrêter. D’ailleurs, pour quelle raison on m’empocherait de faire sourire les gens, de les mettre de bonne humeur, et je prends plaisir à le faire. C’est pas ça le bonheur ? »

Les indics au cœur de la stratégie digitale

Dans mes articles pour Bricoman, je fais le portrait d’artisans du bâtiment qui utilisent les réseaux sociaux. Cette fois-ci, j’ai voulu absolument faire ton interview. Car même, si tu n’es pas du bâtiment, tu utilises des outils qu’on retrouve dans le catalogue de Bricoman et, sans être un influenceur, tu es un crack sur TikTok. Justement, quels conseils pourrais-tu donner à tous les artisans qui veulent se lancer sur les réseaux sociaux ?

Image
Sur les réseaux sociaux, on est tous l'indic de quelqu'un d'autre
Sur les réseaux sociaux, on est tous l'indic de quelqu'un d'autre

« Comme je viens de le dire, il faut d’abord prendre du plaisir.

Ensuite, les réseaux sociaux sont un formidable moyen pour moi de rester connecté avec le monde extérieur.

Quand tu bosses de 8 h du matin à minuit tous les jours de la semaine, tu n’as pas le temps de sortir. 

Pourquoi un patron a-t-il de l’argent ? Parce qu’il n’a pas le temps de dépenser ce qu’il gagne !

Je précise que lorsque je parle d’un patron, je parle d’un patron sur le terrain, pas d’un investisseur qui passe ses journées sur un yacht (en baie de Cannes, ça, c’est moi qui l’ajoute). 

Je n’ai pas le temps d’aller dans les magasins. Qu’est-ce que cela signifie ? Tu n’es pas au courant de ce que les autres font, notamment de la concurrence, de ce que les clients attendent de ton commerce, tu ne sais pas si tes tarifs sont bien dans le marché, tu passes à côté des nouvelles technologies, etc.

C’est grâce aux réseaux sociaux que j’ai appris que Renault allait relancer en 2024 son modèle iconique la R5 en version électrique. 

Sans les réseaux sociaux qui me permettent de garder un lien avec le monde extérieur, je ne serais pas au courant de tout cela. Le web me permet de me maintenir à flot. »

C’est essentiel ce que tu dis. Il y a quelques années, j’avais publié un article pour expliquer ce rôle d’informations. Le titre était fort « Tu reseautes ou tu meurs ! ». Tu viens d’en donner le meilleur des témoignages. Cet état d’esprit ne permet-il pas aussi d’envisager sous un autre angle les commentaires  ?

Image
L'équipe Autologic
Will Cadet, Kevin Marchand, James Gerfaud et Matthys Helbert

« Quand je poste une vidéo mécanique et qu’un Tiktokeur m’explique qu’il y a un nouveau protocole sur les injecteurs Peugeot. Heureusement qu’il a fait ce commentaire. Je n’étais pas au courant. Je suis tellement en train de bosser entre mes devis et mes moteurs.

Chaque personne, souvent spécialisée dans un domaine, en commentant mes posts, m’apprend quelque chose. »

On pourrait appeler cette attitude :  « l’utilisation intelligente des réseaux sociaux ». Tu réalises ce que tous les professionnels, toutes les marques, toutes les entreprises devraient faire en allant sur les réseaux sociaux.

On pourrait même dire que tous les commentateurs sur les réseaux sociaux sont nos fameux « indics » dont on parlait dans l’introduction. Ce nos nos « Huggy-les-bons-tuyaux ». Ils nous renseignent et nous permettent de rester au courant, parce qu’on ne peut pas être partout tout le temps. Ces indics sont au cœur des stratégies digitales. Il nous suffit  d’avoir l’esprit ouvert et d’être à l’écoute.

Si j’étais un outil, je serais un tournevis

Image
Un tournevis Facom
Cliquez ici pour voir la vidéo

Kevin, je vais tenter de te sortir de ton garage quelques minutes pour aller tout près de Gravigny, à Evreux Guichainville. Il y a un magasin Bricoman. Car il n’y a pas que les artisans du bâtiment qui trouvent leur bonheur chez Bricoman. Les garagistes aussi y trouvent leurs outils. Je vais te demander de choisir dans les rayons un outil, un seul. Quel serait cet outil ?

« Un tournevis forcément ! Et de marque Facom. »

Ne me dis pas tout de suite pourquoi, je le sais déjà, car j’ai vu cette vidéo :

Maintenant, peux-tu me dire pourquoi un tournevis ?

« Parce qu’on fait tout avec un tournevis ! Et dans tous les corps de métier, tu fais de la mécanique, tu fais de la charpente, tu fais de l’électricité, tu montes des meubles,etc. Et tout le monde utilise des tournevis, même ma femme. »

C’est le moment de la question « Obélix » :  est-ce que tu es tombé dans le cambouis quand tu étais tout petit ?

« Mon père a toujours fait de la mécanique. Moi, je voulais être architecte. Mais il n’avait pas les moyens de me payer mes études. Alors, je n’ai pas hésité, car l’automobile, c’est ma passion. La beauté des voitures, l’évolution, les moteurs, les courses auto, les deux-roues aussi, j’adorais faire du karting, etc. En plus, j’avais déjà des acquis. »

Image
Kevin Marchand devant le Bricoman d'Evreux Guichainville
Kevin Marchand devant le Bricoman d'Evreux Guichainville

Le mythe du garage

Tu as énormément d’imagination. J’invite les lecteurs à te suivre sur TikTok et à regarder tes vidéos. Où puises-tu ton inspiration ? De l’observation ? De ta culture ? 

« Mon inspiration vient de la vie de tous les jours. Je reproduis des scènes que j’ai observées, en y ajoutant souvent un peu d’humour. J’essaie de faire en sorte que le spectateur se sente en immersion avec nous dans le garage. »

Personnellement, ça ne m’étonne pas du tout que tu aies énormément d’imagination. Sais-tu pourquoi ?

« Non », Kevin répond sur un ton dubitatif.

Walt Disney, Steve Jobs, Bill Hewlet et David Packard, ou encore Jeff Bezos le fondateur d’Amazon, tous ces visionnaires du XXe siècle ont commencé leur aventure dans un garage, forcément c’est un lieu propice à l’imagination ! Qu’en penses-tu ? (Rires)

Image
En version Starsky et Hutch
En version Starsky et Hutch

« C’est ta signature Denis, poser ce genre de questions. C’est comme ça qu’on peut reconnaître que c’est ton interview. C’est important d’avoir sa propre signature. Comme ma sœur, elle est photographe. Elle fait exclusivement du noir et blanc. Pour mon mariage, j’ai dû prendre 2 photographes pour avoir aussi des photos dans un autre style et en couleurs ! »

En parlant de photo, pour illustrer l’article, il me faudrait une photo à la Starsky et Hutch. Dans cette série américaine mythique des années 70, la voiture, une Ford Torino, est souvent au centre de l’histoire. Avec ton imagination, je suis certain que tu trouveras l’inspiration.

D’ailleurs, en parlant de série, il y aura certainement un autre épisode de ma rencontre avec Kevin. Notre conversation a duré plus de 3 heures et il a encore plein de choses à partager avec nous.

Kevin marchand

Je vous l’ai dit en introduction, même si j'ai moi aussi besoin d'avoir des indics pour faire mon job, je ne suis pas un détective privé ni même un commissaire de police. C’est encore plus évident à la fin de cette interview. Car un vrai flic ne révèle jamais l’identité de ses indics. 

Désolé Stéphane Aria, j’ai grillé ta couverture. 

Denis Gentile
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire