One Bâtiment Forum : une belle concentration d'énergie pour construire l'éco-business

La Rédaction
Image
One Bâtiment Table ronde

Mettre plus qu'avant les idées et les forces en commun : une nécessité bien comprise par la centaine de dirigeants et managers présents au cours de cet événement Zepros au format inédit. Deux journées d’échanges et de débats ouverts, qui ont réussi à réunir le monde du négoce et  celui de la GSB avec leur écosystème ces 17 et 18 juin ! Cette première édition du One Bâtiment Forum by Zepros, aura ainsi été l’occasion de lancer des pistes d'actions pour concilier transformation durable et développement des entreprises, mais aussi favoriser de belles rencontres. 

Partager sur

Les mots qui reviennent le plus souvent pour décrire ces deux journées du One Bâtiment Forum ? « Qualité des échanges », « richesse », « inspirants », « transparence », « liberté d’expression », « réseautage », « partage »… Le sentiment est partagé par les équipes de Zepros qui ont œuvré à la tenue de cet événement – une première pour le pôle Bâtiment de notre groupe de Media et d'influence BtoB soutenu par nos cinq partenaires – Tout Faire, Ursa, Valobat, Sika et LG – que nous remercions.

L’Appel des 17 et 18-Juin du Bâtiment

Image
Philippe Paulic@CapucineHENRY

À la tribune et dans la salle, chacun a pu prendre le temps de débattre et de discuter autour de thématiques très actuelles : celles de l’éco-business.

Qu’il s’agisse d’écoconception, de rénovation durable, d’impact CO2 de l’offre, de réutilisation ou de réemploi des matériaux de construction...

Rien n’a été passé sous silence ! Ces 17 et 18, la centaine d’acteurs majeurs de la filière se sont réunis pour mieux cerner, éclairer, approfondir les mutations à l’œuvre qui bousculent la profession à travers cinq tables rondes animées par la rédaction du pôle Bâtiment-Énergie du groupe Zepros.

La rénovation énergétique au cœur des débats

Image
Table Innovation Durable
Les participants : Eric Bertrand, directeur de l'innovation Groupe Etex ; Philippe Dénecé, PDG Intuis ; Cécile Hebert, responsable RSE ITM Habitat ; Renan Denis, PDG Groupe Périn ; Stéphane Loiseau, directeur technique GCC ; Dominique Lefevre, Pdt Rénocoop

Première séquence : le(s) marché(s) de la rénovation énergétique analysé(s) sous trois prismes. Primo, l’innovation durable. L’occasion de traiter sans faux semblants plusieurs sujets. Dans quelle mesure la R&D des marques peut-elle concilier environnement et rentabilité ? Comment accélérer le déploiement de solutions innovantes dans une logique de mass market pour répondre aux enjeux de moyen et long termes ? À quels niveaux de prix ? Quelles peuvent être les marges de manœuvre pour concilier rentabilité sans – trop ! – impacter les coûts de la construction ? Au carrefour de l’écosystème du Bâtiment, quel doit être le rôle de la distribution ?

Image
Table Rénovation@CapucineHENRY
Les participants : C.G.Chaloyard, directeur général Tout Faire ; C-S.Haas, directrice marketing Rexel France ; F.Rezzai, directeur marché Rénovation Energétique Leroy Merlin : C-M.Tanvez-Rochet, directrice générale KBane ; F.Utzmann, président Effy ; F.Rinaldi, président du directoire BigMat France.

Secundo, la révolution des parcours clients dans les enseignes du négoce, les grandes surfaces de bricolage et chez les pure-players à l’heure où ce vaste marché structurellement prometteur aiguise les appétits sur toute la chaîne de valeur. Face aux multiples complexités du marché, assiste-on à une redistribution des rôles et des missions ? Où commence(nt) et où s’arrête(nt) le(s) parcours côté professionnels et, désormais, clients à projet ? Quelles peuvent être par ailleurs les craintes : va-t-on vers un risque d’ubérisation des artisans ? Certains acteurs (fabricants, énergéticiens, délégataires, entreprises du Bâtiment…) seraient-ils tentés de basculer vers la vente directe et les achats groupés ? Au contraire, faut-il y voir des opportunités grâce, notamment, à de nouveaux partenariats, voire des alliances de l’amont à l’aval de la chaîne ?

Image
Table Rénovation Financement
Les participants : F.Hamza Kefia, directrice communication Tout faire ; E.Plantive, directeur IZI by EDF ; G.Coullet, directeur marketing Sonepar France ; J-P.Chirat, président Club de l'Amélioration de l'Habitat ; Sébastien Descours, Réseau Serafin et Banque Fidéo

Tertio, la question centrale du financement des travaux et de l’avance de trésorerie. – véritable nerf de la guerre. Le gouvernement a mis sur la table des milliards d’euros au titre de MaPrimeRénov’ et des primes CEE (certificats d’économie d’énergie).

Pourtant, le marché n’arrive toujours pas à décoller. Dans ce contexte, qui va gagner la confiance des porteurs de projets ?

Dans cet écosystème naissant, comment et qui structurera l’avance des primes d’État et l’avance du reste à charge ? Si la distribution a un rôle majeur à jouer, les banques vont-elles ajouter de nouvelles cordes à leur arc en termes de missions, de services complémentaires, etc. ? Là aussi, de nouveaux partenariats sont-ils à inventer ?

Image
Ambiance2@CapucineHENRY

Quant à la seconde séquence, c’est logiquement que les échanges se sont focalisés sur les enjeux de la transformation environnementale et de l’économie circulaire alors que la REP PMCB (produits et matériaux de construction du bâtiment) est opérationnelle depuis un peu plus d’un an.

Les difficultés rencontrées sont, bien sûr, à la hauteur du défi : collecter et traiter pas moins de 46 millions de tonnes de déchets générés tous les ans par les acteurs, du BTP dans un écosystème qui s’invente et se structure, pierre par pierre, chaque jour.

Image
Table EConomie Circulaire
Les participants : S.Loiseau, directeur technique GCC ; R.Jabbour, directeur marketing Valobat ; N.Comont, président Kloovis ; P.Royer, manager Climat & Biodiversité Kingfisher France ; S.Duprat, président Cycle Up ; R.de Garsignies, président Stock Pro

Circuits courts, recyclage, réemploi, seconde main, offre reconditionnée, invendus et dons de produits, réparabilité, location, réversibilité…

Dans un contexte réglementaire qui se muscle de plus en plus, il a été question de retours d’expérience à la lumière des démarches mises en œuvre par des start-up et distributeurs parfois en s’appuyant sur le tissu local de l’économie sociale et solidaire. Alors, comment convaincre, inciter,  évangéliser l’aval de la filière pour rejoindre cette boucle vertueuse ? 

Face aux défis qu’imposent le changement climatique et la raréfaction des ressources planétaires, l’affichage du poids carbone des produits a largement nourri des débats riches autour d’actions déjà opérationnelles sur le terrain tant côté industriels que distributeurs. Reste, sans doute, à ajuster encore certains éléments pour rendre lisibles les référentiels carbone de l’offre.

Image
Table EcoScore@CapucineHENRY
Les participants : D.Berthelot, directeur général adjoint SGDB ; D.Cuny, président Kompozite ; A.Fruchart, responsable RSE Leroy Merlin ; E.Fischer, senior lead for sellers projects Mano Mano ; J-L.Guery, président Inoha ; P.Schaeffer, président CMEM

Mais sur les différentes méthodologies utilisées s’appuyant sur les FDES et les ACV, ce premier One Bâtiment Forum a, semble-t-il, permis de voir émerger un consensus. De l’amont à l’aval de la filière (fabricants, distributeurs, clients professionnels, institutionnels), à la tribune, comme dans la salle, tous se sont dit convaincus que le “chacun pour soi” a vécu. Au moins en ce qui concerne l’approche méthodologique (en s’appuyant sur FDES de la base Inies et les ACV) par famille de produits.

Quant à savoir si un référentiel commun s’affichant dans les rayons des négoces et grandes surfaces de bricolage tant pour les clients professionnels que le grand public, va émerger, la “cause commune” s’arrête là… pour l’instant. À défaut de parler de convergence sur ce point particulier, ce premier One Bâtiment Forum aura eu le mérite d’ouvrir le champ des possibles. Et de démontrer que le Bâtiment est entré dans le dur…

Un 2e One Forum en 2025

Tous les participants s’accordent à vanter les vertus de l’échange et du partage – d’expérience ou de matériaux –, du dialogue constructif pour… bâtir une filière plus solidaire et donc plus forte. Une filière où tous les acteurs pourront faire valoir leurs différences et leurs avantages… de façon saine et constructive.

Car la bienveillance était l’autre grande caractéristique de cette édition 2024 du One Bâtiment Forum. Débats et controverses ont eu lieu dans une ambiance détendue et chaleureuse, faisant avancer « une cause commune ». Un véritable événement immersif que le groupe Zepros entend renouveler dès l’an prochain.

Philippe Paulic, président du groupe Zepros, a ainsi annoncer qu’un second One se tiendrait en 2025. Autour, bien sûr, de nouvelles thématiques au cœur des enjeux et défis pour l’ensemble de la filière. Rendez-vous est pris !

Quelques témoignages

Intervenant à l’une des premières tables rondes, Charles Gaël Chaloyard, directeur général du groupe Tout Faire, s’est félicité sur LinkedIn : « Quel super remue-méninge que cette première édition du One Bâtiment Forum ! […] Ces dernières années, la filière évolue nécessairement pour décarboner son activité. Et comme il faut toujours un peu de poil à gratter dans les tables rondes, j’ai donc conclu par une de mes fortes convictions : le monde du bâtiment est trop conservateur. Un exemple : notre productivité n'a pas évolué depuis les années 70, contrairement à l'industrie qui a multiplié la sienne par 3. Nous devons nécessairement nous transformer sous peine de voir des nouveaux entrants nous bousculer violemment ».

Intervenant sur l’une des tables rondes Romain de Garsignies, cofondateur et président de StockPro (plateforme de réemploi), qui, écrit sur LinkedIn : « Quel bilan tirer de cette première édition du One Bâtiment Forum ? La transition écologique, depuis l’écoconstruction jusqu’à la valorisation des déchets, est un mouvement de fond, irréversible, qui contraint l’ensemble de la filière à se transformer en profondeur ».
Une filière, de son avis, qui irait encore trop lentement au goût de nombreux participants. Les contraintes réglementaires pousseraient au changement, mais des enjeux divergents entre les différents acteurs freinerait la tendance.
Le spécialiste du réemploi des matériaux de construction qui a été entrepreneur en maçonnerie, argumente : « L’éco-score (ou carbon score) en est la parfaite illustration. Tout le monde est pour, mais chacun souhaite des critères et des pondérations différentes. Comment ne pas perdre le consommateur, BtoC comme BtoB, qui finalement n’y accorde que peu de crédit ».
Réponse ? En travaillant ensemble, en coopérant, même avec… ses concurrents. À l’image de ce que propose GCC Construction avec son application Réutil ouverte à d’autres ETI du secteur, comme Demathieu Bard, Legendre, Rabot Dutilleul, Léon Grosse et Paris Ouest Construction.

• Sébastien Descours (Fidéo, la Banque de la rénovation énergétique, et Sérafin) commente : « Débats passionnants avec un axe de regard différent de nos interlocuteurs habituels. Sur un marché de 100 Mds €, (rénovation des bâtiments), les sujets de l’organisation du marché, du manque criant de professionnels formés et en mesure de diffuser une innovation toujours plus nécessaire et du financement des ménages ont été débattus avec ouverture. Des débats sans concession mais passionnants ».

• Damien Cuny (cofondateur et CEO de Kompozite) résume : « Très heureux d’avoir participé à la table ronde du forum One Bâtiment dédiée à l’éco-score des produits de construction. L’occasion de croiser les enjeux et les démarches de la négoce (avec Saint-Gobain Distribution Bâtiment France, CMEM), des grandes surfaces de bricolage avec Leroy Merlin et des marketplaces avec ManoMano. L’occasion aussi de répéter que la donnée environnementale des matériaux de construction existe et qu’il n’y a rien besoin d’inventer ! ».

• Cécile Hébert (responsable RSE du groupement Les Mousquetaires pour les enseignes Bricomarché, BricoCash, Bricorama) : « Bravo et merci pour ce débat très intéressant et vos interventions inspirantes ! Les attentes sont fortes et légitimes, et nous sommes résolus à travailler pour avancer dans le même sens, dans l'intérêt de nos entreprise, de notre secteur et surtout, de nos clients ! ».

La Rédaction
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire