Le cœur logistique de Velux bat dans la Somme

Stéphane Vigliandi
Image

En reprenant totalement la main sur le stockage et l’expédition des quelque 370 000 fenêtres de toit qu’il produit tous les ans près d’Abbeville, le numéro un du secteur en France vise un taux de service supérieur à 98 %.

Partager sur

À l’heure où certaines enseignes BtoB préfèrent sous-traiter leur logistique, la marque danoise opte pour l’internalisation à 100 %. D’ici à début janvier 2020, son usine de Feuquières-en-Vimeu, dans la Somme, où se trouve le principal des quatre sites de Velux France, va devenir l’unique plateforme d’où seront expédiées les fenêtres de toit pour l’ensemble du marché hexagonal. Jusqu’ici, seules les livraisons sur la moitié Nord du pays étaient gérées en interne à partir de cette commune des Hauts-de-France.

Quant à la moitié Sud, les expéditions étaient sous-traitées depuis douze ans auprès de Rhenus Logistics via sa base de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne. Actée en avril 2018, cette décision a nécessité un investissement de 4 M€ pour agrandir le centre de distribution national de Feuquières. Inauguré le 18 septembre dernier, le site est passé de 9 000 à environ 15 000 m² aujourd'hui grâce à la création, entre l'automne 2018 et mi-2019, de deux cellules de stockage de masse de 3 000 m² chacune.

Picking 2.0

En intégrant les équipements logistiques et la digitalisation des process, la facture s’élève à près de 6 M€. Le groupe danois qui est installé dans ce département depuis 1976, a d’ailleurs reçu 200 k€ de subvention par la région en contrepartie des 25 emplois créés en CDI par Velux France. Président de VKR Holding qui détient Velux, David Briggs rappelle que cette stratégie d’internalisation vise, bien sûr, à « rationnaliser les flux de distribution et réduire les coûts logistiques ».

Évoquant « un projet tout à fait rentable », le dirigeant prévoit « un retour sur investissement attendu dans moins de cinq ans ». En interne, il est d'ailleurs question d'une économie de l'odre de « 1 M€ à 1,2 M€ sur les coûts logistiques ». Pour améliorer et optimiser la gestion des stocks, l'industriel déploie progressivement tablettes tactiles et imprimantes mobiles embarquées sur tous ses engins de préparation de commandes.

« Tout en tendant vers le “zéro papier”, cette modernisation permet d’accélérer les temps de préparation des mono-colis et les envois en messagerie (jusqu’à 3 mètres cubes pour le réapprovisionnement des petites pièces). Ici, nous gérons désormais un peu de plus 1 500 références pour fournir environ 1 100 points de livraison sur la France (négoce, GSB, installateurs, SAV Velux). Avec l’objectif d’améliorer encore notre taux de service qui est de 96 % à ce jour, en le portant au-delà des 98 % dans les prochains mois. L'expédition des commandes, elle, reste assurée sous un délai minimal de 5 jours ouvrés », détaille Renaud Grasset, le directeur du centre de distribution picard.

ATELIER DE PEINTURE • Une nouvelle ligne dès 2020

Image

Sur son site industriel de Feuquières-en-Vimeu, le groupe va également investir 6 M€ pour y implanter une nouvelle ligne de peinture ; l’atelier actuel disposant d’équipements vieux de plus de 25 ans.

Environ 12 % des fenêtres de toit produites dans la Somme son laquées. Le reste est en bois naturel PEFC ou FSC. Opérationnelle, a priori, fin 2020, la future ligne traitera en majorité le laquage WhiteFinish : une option proposée par la marque depuis deux ans.

Stéphane Vigliandi
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire