Image
Grand angle Milwaukee
Image
milwaukee
Image
pavé
Image
milwaukee

Le “nouveau DomPro” dévoilé aux fournisseurs

Stéphane Vigliandi
Image

Convergence des achats, objectif d’une cinquantaine de points de vente au “concept ADN”, stratégies commerciale et communication coconstruites avec les adhérents… À l’occasion de sa 3e Convention Fournisseurs qui s’est déroulée ce 26 juin à Paris, le réseau d’indépendants spécialisés en quofi a dressé un point d’étape devant 220 invités pour détailler sa feuille de route d’ici à 2023.

Partager sur

Après un « nouvel esprit DomPro » insufflé sur son Forum des Pros en mars 2017, la centrale DomPro (filiale du Groupe Adeo) poursuit, brique après brique, le chantier du « nouveau DomPro ». À deux pas de l’Arc de Triomphe, elle a convié fin juin les représentants de ses 185 plus gros fournisseurs – parmi les quelque 400 marques partenaires qu'elle référence – pour en dessiner les contours.

Déploiement d’un nouvel ERP opérationnel depuis début 2018 au sein de la centrale, optimisation du plan de référencement, refonte partielle de l’offre stockée sur plateforme, mise en place de l’intranet MyDomPro dédié aux adhérents et fournisseurs… : « Notre groupement a accompli beaucoup de choses et énormément évolué ces dernières années. Nous souhaitions délivrer aux fournisseurs un message "audible" sur notre stratégie basée sur la coconstruction avec les adhérents et la convergence », explique Philippe de Miribel, le DG de DomPro qui a pour habitude de rappeler que « nous nous orientons vers un fonctionnement proche de celui des coopératives, même si nous n’en sommes pas une ».

50 adhérents "DomPro ADN" en 2023

Mi-mars dernier, lors du 16e Forum des Pros, le groupement avait d’ailleurs présenté aux adhérents une évolution des contrats d’adhésion à la centrale d’ici à 2023 (voir encadré ci-contre). Actuellement, environ 70 membres sont sous le contrat ProPlus, 30 sous contrat DomPro et 5 sous le contrat "DomPro ADN" (le projet de nouveau showroom dévoilé en avril 2018 par la centrale).

« Pour correspondre à la réalité du marché, notre trajectoire à 5 ans vise à s’appuyer sur un meilleur équilibre en termes de contrats : environ 50 adhérents ProPlus, 50 DomPro et 50 ADN ; ces derniers étant positionnés sur une offre premium », indique Christophe Bague, directeur des achats et de la supply chain du groupement. À ce jour, 5 pilotes expérimentent le concept ADN à Nœux-les-Mines (62), Lorient (56), La Bassée (62), Saint-Romain-de-Popey (69) et à La Réunion. Concrètement, la centrale ambitionne d’actionner deux leviers : d’une part, développer une logique de marque-enseigne nationale ; d’autre part, continuer à s’appuyer sur la notoriété locale des adhérents.

Arbitrages

Pour améliorer cette convergence, les adhérents DomPro et ADN devront effectuer 100 % de leurs achats sur plateforme avec lesquels ils réalisent environ 80 % de leur chiffre d’affaires ; le plan de référencement étant coconstruit et validé par les adhérents via les commissions produits. Mais il pourra y avoir des arbitrages sur le terrain.

Pas question, d’une part, que l’adhérent abandonne ses expertises métiers qui ne figureraient pas dans le périmètre DomPro comme les aciers par exemple. Ensuite, le plan de référencement peut s’adapter aux besoins locaux. « Sur les 4 marques d’électroportatif obligatoires dans le cadre du concept ADN, l’adhérent peut décider de n’en référencer que 3 et en intégrer une hors périmètre DomPro pour répondre à son offre cœur de cible », cite Christophe Bague à titre d'illustration.

Site marchand

Quoi qu’il en soit, la direction de DomPro rappelle que le projet ADN « ne s’inscrit pas dans une course de vitesse ». Toutefois, les showrooms s’adosseront dans les jours qui viennent à un site d’e-commerce. « Il répondra avant tout aux attentes des clients professionnels en compte chez l’adhérent qui devra réaliser environ 80 % de son CA avec cette cible située dans un rayon de 20 km », précise Christophe Bague. Si l'enseigne britannique Screwfix (620 magasins au Royaume-Uni), entre autres, a nourri sa réflexion et sa stratégie e-commerce, la direction de DomPro tient à rappeller que « la relation humaine et de proximité reste au cœur de sa relation commerciale ». Avec désormais une politique de prix de vente national par familles de produits au lieu d’un prix de vente indicatif.

Pour la marque-enseigne, il s'agit de « s’appuyer sur une image prix homogène dans le cadre d'une stratégie omnicanal », argumente Christophe Bague. Sur un marché du quofi qui se consolide sans doute un peu moins vite que les autres filières du négoce Bâtiment, le “nouveau DomPro” entend déployer sur le terrain une stratégie plus offensive. Avec, entre autres, son projet ADN : le nouveau fer de lance du groupement pour continuer à se développer. Et séduire aussi, sans doute, de nouveaux adhérents.

 

 

LOGISTIQUE • Déménagement en vue

Image

Depuis un an, Adeo, la maison-mère de la centrale DomPro, a décidé de spécialiser ses plateformes logistiques par activité : GSB, marchés BtoB et aménagement de la maison.

S’appuyant actuellement sur deux entrepôts (l’un à Lesquin, dans le Nord ; l’autre à Breuil-le-Sec, dans l'Oise , copartagé avec l’enseigne de bricolage Weldom), le groupement d’indépendants doit transférer cette dernière sur Cambrai, dans le Nord, entre septembre et décembre prochain. Sur 6 000 m², le site permettra à moyen terme de stocker environ 10 000 articles représentant les 20/80 dans l'univers du quofi ; contre 7 000 références à ce jour. Au cours du 2e semestre 2020, la plateforme de Cambrai devrait aussi permettre de déployer le cross-docking sur 190 000 références.

Stéphane Vigliandi
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire