Oscar et les "Référents Aides à la Rénovation" montent en puissance

Grégoire Noble
Image
chantier isolation

Le programme Oscar vise à accompagner les artisans dans le montage de dossiers d’aides (CEE et MaPrimeRénov’). Dix mois après son lancement, Aristide Belli (pilote du programme) fait le point sur l’avancement de la formation des Référents Aides à la Rénovation (RAR) et sur les différents axes de travail dont l’édition de nouveaux outils pratiques.

Partager sur

À la fin du mois de février, la ministre du Logement lançait le programme Optimisation Simplification des CEE pour les Artisans de la Rénovation énergétique (Oscar), pour une durée de 3 ans et une enveloppe de presque 16 M€. Dix mois plus tard, où en est-on ? Aristide Belli (chef de programme), nous répond : « La formation est au cœur du programme. Les conseillers France Rénov sont bien implantés mais ils s’adressent aux particuliers et il n’y a pas de pendant pour les professionnels. D’où l’idée de créer les Référents Aides à la Rénovation qui seront les interlocuteurs des artisans, car les dispositifs d’aides sont complexes et évolutifs. Il y a donc besoin de relais de terrain pour expliquer et faciliter ».

Le pilote du programme nous cite un exemple simple : « L’arrêté ‘Contrôle fin de chantier’ de vérification de la qualité des travaux par un bureau de contrôle Cofrac a déjà connu cinq versions depuis septembre 2021 ! Il est difficile pour les professionnels d’être informés en continu même s’il y a un risque pour eux de voir un dossier de demande d’aides refusé, avec à la clé une perte d’argent pour leur client voire pour eux ». Le programme Oscar vise donc à former 6 000 référents grâce à une centaine de formateurs. Mais tout commence par un rapide cursus en ligne. « Le parcours débute par un MOOC gratuit, accessible à tous, d’une demi-journée diffusé depuis juillet, qui se termine par un questionnaire afin de s’assurer que tout est validé », relate Aristide Belli. « Puis le programme de formation se poursuit par une journée auprès de formateurs agréés par petits groupes de 12 au maximum, pour évoquer des cas concrets de rénovations thermiques, rénovations des systèmes et de rénovations globales ». D’ores et déjà, 1 800 personnes ont suivi le cursus en ligne. Les RAR formés iront animer la filière artisanale localement, en aidant à monter les dossiers de CEE notamment. « Il faut savoir que les aides CEE seront ciblées sur des travaux qui vont au-delà de la réglementation actuelle, c’est-à-dire un niveau qui sera nécessaire pour bien atteindre la neutralité carbone en 2050 », poursuit-il. L’objectif est que 3 000 RAR soient formés d’ici à la mi-2023 et que les 6 000 prévus le soient à la fin de l’année prochaine. Ils pourront notamment appartenir à des enseignes comme Quéguiner, Saint-Gobain Distribution Bâtiment ou Algorel et servir de point d’information pour les artisans.

Formation mais aussi Information et Outils pratiques

Le programme Oscar ne se limitera pas à cet aspect formation. Le chef de programme nous révèle : « En 2023, nous mènerons une enquête sur les entreprises RGE qui ne demandent plus ou pas de financements par les CEE. Pourquoi en sont-elles là ? L’accompagnement devra être encore plus proche pour identifier les points de blocage. En parallèle, un atelier sera lancé en décembre, avec le concours de la DGEC, et réunira des entreprises afin d’identifier les freins dans le parcours de demande des aides et ainsi pouvoir proposer des outils adaptés ». Aristide Belli évoque par exemple une harmonisation des règles d’évaluation des dossiers par les bureaux de contrôles, les délégataires ou d’autres, qui ont tous des grilles de lectures différentes. Le but : simplifier encore et toujours le dispositif et donner plus d’informations aux professionnels. Par exemple en listant les logiciels éligibles pour un projet de rénovation globale, ou en précisant qui devra être le signataire du dossier en cas de multiples intervenants sur le chantier.

Dernier axe de travail évoqué par le pilote d’Oscar, celui des « petits gestes », ces opérations standardisées qui bénéficient de fiches de travaux (pose de vanne thermostatique, VMC) mais dont le coût de traitement est trop élevé pour les professionnels qui renoncent alors à deman
der les CEE. « Il y a des gains rapides à faible coût. Et pourtant cela n’est pas valorisé. Il y a un intérêt pour tout le monde à simplifier ces dossiers », conclut-il. Les travaux seront également menés en 2023.

Accompagnateur Rénov', Référent Aide à la Rénovation, quelle différence ?

Les appellations peuvent prêter à confusion mais les choses sont claires : les Référents Aides à la Rénovation (RAR) sont des intervenants formés, qui seconderont les artisans du bâtiment dans le montage de dossiers de demandes d'aides.

Le futur Accompagnateur Rénov' sera pour sa part un intervenant neutre privé qui aidera les particuliers dans toutes les étapes d'un projet de rénovation énergétique (définition des travaux, choix des professionnels, montage financier...).

Quant aux conseillers France Rénov', il s'agit d'acteurs du secteur public, pilotés par l'Anah, pour répondre aux questions du grand public sur les travaux de rénovation.

Tous devront travailler de concert pour parvenir à massifier les chantiers performants.

Grégoire Noble
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire