Dispano taille un catalogue sur mesure pour les acteurs de l’agencement

Stéphane Vigliandi
Image
Catalogue Agencement 2024 - Dispano.

Enseigne spécialisée en bois et dérivés de Saint-Gobain, Dispano vient de publier son tout premier catalogue à l’attention des agenceurs. Si ce marché a souffert en 2023 dans l’univers du bain et de la cuisine, l’activité devrait pourtant être porteuse dans les années à venir.

Partager sur

Dispano continue d’affûter sa stratégie commerciale. Après avoir, entre autres, élargi son offre avec une sélection Outillage & Quincaillerie en 2020, le spécialiste des métiers du bois entend cette fois-ci mieux adresser les agenceurs en diffusant un catalogue dédié depuis le 25 mars dernier.

Dans son éditorial, Sébastien Sterckx, le directeur général de l’enseigne, explique ce choix : « Professionnels de l’agencement, vos besoins sont spécifiques ! Cette année, nous avons souhaité innover en vous proposant un catalogue Agenceurs dédié qui répondra à coup sûr à vos attentes ».

Ce premier opus de 236 pages – disponible en agence et sur le site internet de Dispano – se présente comme « un outil complet, riche en informations techniques et visuels d’ambiance ».

« Côté offre, une sélection des plus grandes marques et produits a été opérée parmi les familles de panneaux décoratifs, panneaux supports, revêtements intérieurs, bois de menuiserie et menuiserie intérieure », revendique l’enseigne dans un communiqué.

Les nouveautés produits 2024, elles, sont « clairement identifiées et mises en avant à travers des pages spécifiques présentées en début de catalogue ». À noter, par exemple, « le renouvellement important de l’offre des fournisseurs Egger et Polyrey ».

Dispano compte à ce jour 50 agences dont 19 dotées d’un atelier de transformation avec un parc de plus de 70 machines à commande numérique.

Parmi les innovations figurant dans cette première édition ? Le référencement de placages de bois reconstitué, de panneaux biosourcés ou encore de panneaux bruts en format spécial presse. À propos des bois destinés aux menuiseries, de multiples essences (feuillus, bois du Nord, résineux, bois tropicaux certifiés) sont directement approvisionnées par le CIBM : le Centre d’importation bois, une filiale de Saint-Gobain Distribution Bâtiment France.

Le catalogue détaille également chaque étape de l’accompagnement commercial et technique auprès des clients agenceurs : initiation d’un projet avec un conseiller, réalisation de plans en 3D, passation de commandes, fabrication dans les ateliers du distributeur et livraison sur chantier.

Y figurent aussi des informations sur l’évolution du cadre réglementaire (REP PMCB, la double certification FSC et PEFC, la traçabilité des essences commercialisées, etc.) et sur les services dédiés aux agenceurs : ateliers de transformation, bandes de chant, gammes de stratifiés et placages, etc. Enfin, les QR codes présents dans la plupart des pages produits permettent l’accès direct à des contenus supplémentaires sur le site dispano.fr pour y passer commande.

Marché de l’ameublement et de l’agencement en 2023 (source : Ipéa)

Image
Ipéa - Etude Ameublement 2023.
Image
Ipéa - Etude Ameublement 2023.

Mobilier de cuisine et bains : les ventes affectées par la crise de l’immobilier, mais…

Selon les récentes données de l’Institut de prospective et d’études de l’ameublement (Ipéa), le marché du meuble a plutôt bien résisté en 2023. Avec un repli de “seulement” -2,5 % en valeur, et compris entre -7,5 % et -9 % en volume.

Des chiffres qui font dire aux experts de l’Ipéa que « l’orientation des arbitrages des ménages reste en faveur de l’aménagement de la maison ».

Mais, « le choc de l’immobilier est bien visible sur les ventes de mobilier de salle de bains ». Idem pour l’agencement des cuisines intégrées. Quant au segment du contract (hôtels, restaurants, bureaux…), l’activité serait restée un peu plus soutenue.

• Réglementation et nouvelles aides d’État en faveur de l’accessibilité des logements plaident toutefois en faveur du développement d’un marché qui est engagé « dans une réorganisation structurelle ». Les projets ne portent plus forcément sur l’espace à vivre (en m²), mais sur le volume à vivre (en m3). Et là, c’est une différence de taille qui pourrait faire monter le marché en gamme.

Stéphane Vigliandi
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire

Sur le même sujet