Image
Grand angle Milwaukee
Image
milwaukee
Image
pavé
Image
milwaukee
Sponsorisé par EXIBA France

La revanche d’Éric le Carreleur : l’interview d’un superman du bâtiment

Denis Gentile
Image
La revanche d’Éric le Carreleur : l’interview d’un superman du bâtiment

Plus personne ne l’appelle Monsieur Oblette. Pourtant, c’est bien son nom de famille. Mais pour tout le monde, c’est Éric le Carreleur. Quand, comment et pourquoi a-t-il changé d’identité ? Quand et comment a-t-il découvert ses super-pouvoirs de carreleur ? Vous trouverez les réponses, les anecdotes, ses produits préférés comme l’XPS et les coups de cœur d’Éric dans cette interview exceptionnelle.  C’est aussi l’histoire d’une revanche sur la vie.

Partager sur

Quelqu’un m’a dit :  « Éric, c’est un ancien sur les réseaux, c’est un peu le papa des youtubeurs du bâtiment ! »

De qui s’agit-il d’après toi ? Ou est-ce que tu veux un indice ?

« J’ai lu ça récemment, j’ai son nom sur le bout de la langue… »

Une minutę plus tard.

« Vas-y, donne-moi un indice. »

L’indice est une autre déclaration : « Je rigole bien avec mon « Rico ». C’est un boute-en-train et il bosse proprement. Il est très pédagogique dans ses vidéos. »

Une minute plus tard.

« J’ai trouvé. C’est Julien ! »

Image
Eric le Carreleur et Julien Bonnet
Eric le Carreleur, le papa des influenceurs du bâtiment dixit Julien Bonnet

Bravo Éric, quelle est ta réaction à ces déclarations de Julien Bonnet, le fondateur de la chaîne YouTube Sons of Métallerie?

« J’ai bien rigolé en lisant ça. C’est super gentil, même si j’ai pris un coup de vieux en lisant ça. Je n’ai que 43 ans, mais dans ma tête, je me sens aussi jeune que lui. »

Et te considères-tu comme un boute-en-train, quelqu’un qui met de l’ambiance sur un chantier ?

« Oui, je suis un vrai boute-en-train. Je suis quelqu’un de joyeux. Je me lève toujours du bon pied et j’aime voir les autres sourire. Un sourire, c’est génial, c’est contagieux. Il faut mettre de la joie dans ce que tu fais. »

Il dit aussi que tu es pédagogue.

« J’aime bien expliquer les choses. Quand je montre quelque chose, j’aime bien que la personne en face de moi comprenne. » 

Au début, je ne parlais pas !

À la suite de cette interview, Julien a remporté l’année dernière le Ze Awards de l’artisan le plus numérique. Ça pourrait être ton tour cette année, même si la concurrence entre artisans du bâtiment sera rude. D’ailleurs, j’incite aussi les autres artisans ou entreprises du bâtiment qui liront ton interview à s’inscrire en cliquant sur ce lien (avant le 31 mai 2023). Jean-Pierre Laherre, URSA est partenaire de cette opération, a déclaré : « Les Ze Awards du Bâtiment, c’est Ze Récompense avec la reconnaissance de ses pairs et de la profession. C’est comme pour le cinéma.  L’équation est même : Oscar + César = Ze Awards ! »

« Oui, ça m’intéresse, je vais m’inscrire. »

On va rester dans le domaine du digital. Je suis curieux de savoir comment tu as débuté. Est-ce que tu peux nous raconter tes premiers pas sur les réseaux sociaux ? Quelle est ta première vidéo qui a cartonné ? J’ai remarqué que ta première vidéo sur YouTube date d’il y a 7 ans déjà.

Par exemple, Stéphane Aria m’a raconté : « J’ai pris une planche, un foret de 5, du scotch et j’ai percé un trou. Le travail terminé, j’ai posé un coude sur la table, ma tête sur la main et je dis désabusé : voilà, c’est tout !  » Aujourd’hui, il est devenu le tiktokeur n°1 du bâtiment.

« Dans mes premières vidéos, je ne parlais pas ! »

Image
Eric le Carreleur, le papa des influenceurs du bâtiment dixit Julien Bonnet
Eric le Carreleur, un vrai pro !

Quand on te connaît un peu, c’est étonnant, car tu es plutôt bavard.

« Je venais de rencontrer Laurent Jacquet et il m’a incité à montrer ce que je faisais sur les réseaux sociaux. J’avais déjà une chaîne YouTube, je diffusais des vidéos de sorties en moto avec mon frère. Je l’ai transformée. J’ai publié une vidéo sur l’étanchéité des baignoires, mais je ne parlais pas. J’étais timide. J’ai posé mon téléphone coincé dans un rouleau de scotch sur un vieux trépied. Au moment du montage vidéo, j’écrivais ce que je faisais et que je ne disais pas. Par exemple : « bien appliquer avec la spatule », etc. Les gens ont accroché, je ne m’y attendais pas. Je me suis pris au jeu, j’ai commencé à parler et à montrer mes chantiers. Les commentaires étaient encourageants. Encore aujourd’hui, j’ai de la chance, on a une communauté bienveillante. Les internautes sont vraiment gentils. On a un avis négatif pour mille avis positifs. C’est rien. On a un monteur pro et il est bluffé par les réactions. »

Allo, bonjour, c’est Éric le Carreleur

Quelle est l’origine de ton nom : Éric le carreleur ?

Image
« Allo, bonjour, c’est Éric le Carreleur »
« Allo, bonjour, c’est Éric le Carreleur »

« C’est venu naturellement. Quand j'appelle mes clients, je dis toujours : « Allo, bonjour, c’est Éric le Carreleur ». Tous les artisans disent la même chose. Certains, c’est amusant, pensent que c’est mon nom (rires). Non, mon nom c’est Oblette.»

Quel destin ça serait ! (rires)

Éric, beaucoup d’artisans vont lire cet article, est-ce que tu peux leur donner quelques conseils avant de se lancer sur les réseaux sociaux et faire des vidéos ? Je précise que tu as 193 000 abonnés sur YouTube, 103 000 sur TikTok et 108 000 sur Instagram

« Il faut être passionné par son métier. Il faut aimer partager ce que l’on fait. Il faut surtout aimer la qualité. Quelqu’un qui partage, c’est parce qu’il est fier de faire du bon travail. Il faut se faire plaisir et partager ce plaisir. Si tu fais une salle de bains, il faut la montrer parce que tu as envie de montrer ton travail, pas parce que tu te dis que ça va t’apporter des likes et du business. C’est la base, après ta notoriété grandira avec le temps. »

@ericlecarreleur Quel est l’impact des réseaux sociaux sur notre entreprise ? #ericlecarreleur #reseaux #tradify @Tradify.fr #partage #carrelage #savoirfaire #ffb #btp #batiment #video #tuto ♬ Imminent Work - DJ BAI

Revenons à ton métier de carreleur, si tu étais un matériau du bâtiment, tu serais… ?

« C’est marrant, hier on m’a posé la question : si tu étais un outil, tu serais… »

Alors là, je t’interromps immédiatement. J'ai un copyright sur cette question. Je la pose depuis des années dans toutes mes interviews. (rires)

« Je serais un arbre, mais ce n’est pas un matériau du bâtiment. » 

Alors, tu peux répondre le bois, mais ce n’est pas ton métier.

« Je pense plutôt à l’aspect naturel. J’aime bien faire du jardinage et être au milieu de la nature. Et puis, le bois, c’est joli. Pourtant, je ne suis pas quelqu’un qui aime particulièrement travailler cette matière. »

L'XPS, c’est léger et costaud !

Je vais te suggérer une réponse. Est-ce que tu pourrais choisir comme matériau l’XPS, le polystyrène extrudé ? 

« Effectivement, tu as raison. »

Je sais que tu es souvent amené à poser du carrelage sur de l’XPS. Est-ce que tu peux nous en parler ?  Quels sont ses avantages ? Et citer quelques conseils techniques pour les  artisans carreleurs.

« C’est vrai, j’utilise les panneaux XPS (JACKOBOARD) depuis le début de ma carrière, quand j’avais 20 ans !  

C’est un matériau hyper facile à utiliser, hyper léger même les grandes plaques, hyper pratique, durable, imputrescible et étanche

Tu peux tout faire avec. Tu peux fabriquer des meubles, des cloisons, des douches à l’italienne, tu peux leur donner la forme que tu veux, il se découpe facilement au cutter. Il y en a qui font même des bancs pour l’extérieur, car il est résistant et étanche. Il suffit de le carreler et ça ne bouge plus après. C’est hyper solide. »

Tu emploies souvent le préfixe « hyper » Éric. C’est amusant, car dans mes articles précédents, j’ai comparé les acteurs de l’XPS, regroupés dans l’association Exiba France, à des super-héros de l’isolation. Il y a Benoît Bertucat que tu connais bien, mais aussi Jean-Pierre Laherre, Christian Bastié et Matthieu Lechantre.


« C’est vraiment un excellent matériau. On adore l’utiliser pour faire l’habillage des baignoires par exemple. Tu découpes le panneau avec une scie égoïne ou au cutter, il est léger, tu le colles et le tour est joué. On l’utilise surtout dans les salles de bains avec les bacs prêts à carreler, les parois de douche, mais aussi pour réparer les murs.

Tu peux le mettre des plaques d’un centimètre d’épaisseur pour le désolidariser d’un sol. Puis, tu poses directement ton carrelage dessus. Il y a une infinité de façons de l’utiliser. »

EP2 Étanchéités douche, bac prêt à carreler, cloison : Jackoboard dans ma SDB !

Justement, il n’y a donc aucun problème pour poser du carrelage sur des panneaux XPS.

« Les panneaux XPS que j’utilise en tant que carreleur, il a une petite résine qui est coulée dessus avec une fibre qui nous permet de le carreler.

Les panneaux XPS qu’on utilise pour les radiers par exemple ne sont pas faits pour être carrelés. »

Tu as un grand projet en ce moment où justement tu vas utiliser l’XPS. Peux-tu nous en parler ?

« On est en train de construire nos nouveaux locaux. On va isoler le dessous du bâtiment avec de l’XPS. On va mettre un isolant sur le gravier, puis on va couler le béton dessus. En procédant ainsi, le béton sera isolé du sol pour avoir moins de déperditions de chaleur et de calories. Ces travaux sont prévus pour mai ou juin.

Dans ce nouveau bâtiment, on va stocker tout notre matériel. Il y aura aussi une partie de 150 m2 pour faire de l’accompagnement. On y organisera des journées découvertes pour présenter et apprendre à poser  du carrelage sur différents supports ou encore à utiliser des panneaux XPS. On y invitera aussi des influenceurs, des journalistes, etc.

On construit ce bâtiment nous-mêmes de A à Z. »

Et tu vas filmer ça ?

« Bien sûr, il y aura une web-série qui va sortir. »

Pour conclure ce chapitre, si tu devais en deux mots résumer les qualités de l’XPS ?

« C’est léger et costaud ! »

Eric et Johann : un duo de choc

Est-ce que tu peux me raconter l’histoire de ton entreprise JDEO Carrelage ? 

Image
Eric Le Carreleur et Johann Denis alias johsurlecaro
Eric Le Carreleur et Johann Denis alias johsurlecaro

« C’est l’histoire de ma rencontre avec Johann (ndlr : alias Johsurlecaro sur les réseaux sociaux). On a commencé à bosser ensemble sur des chantiers et on s’entendait très bien. On s’est rapidement rendu compte qu’il n’aime pas faire ce que j’aime faire, et moi, je n’aime pas faire ce qu’il aime faire ! Il n’aime pas faire les joints de faïences, moi ça me plaît bien. Il adore les joints de sol, et moi beaucoup moins. La paperasse, ce n’est pas son truc, moi j’ai l’habitude. Lui, il préfère être sur le terrain. Au début, je lui ai donné envie de développer son compte Instagram. Aujourd’hui, il a presque 20 000 abonnés.

Le fait d’être complémentaire, c’est top. Si j’ai besoin de m’absenter pour un tournage, je suis tranquille. Ce n'est pas seulement mon collègue, Johann est devenu mon meilleur ami.» 

Tu as déjà répondu à ma question suivante : qu’est-ce que tu préfères sur un chantier ?

« Faire le café ! (rires) J’aime bien les belles découpes de cadre, de porte. On est réputé pour ça. Le traçage de la découpe, c’est une grande satisfaction. »

Nicolas Paul, l’artisan électricien préféré, m’avait d’ailleurs déjà cité Johann parmi les artisans du bâtiment à suivre sur les réseaux. J’aime bien mettre en avant l’amitié qui règne entre professionnels du bâtiment. C’est important de montrer à tous et aux plus jeunes notamment qu’il y a une bonne ambiance sur les chantiers. À part Johann et Julien, quels sont tes amis du bâtiment sur les réseaux sociaux ?

 « J’ai eu un coup de foudre pour « L'franchement comtois ». C’est Eddy et Marlène. Ils racontent sur YouTube et Instagram leur aventure. Ils sont en train de rénover un corps de ferme à deux heures de chez moi dans l’Allier pour en faire un gîte. Je les ai rencontrés avec Laurent Jacquet et Maçon du 47. Ils posent les pierres, ils font la charpente, ils font tout eux-mêmes, en apprenant parfois les techniques sur des vidéos YouTube. C’est un projet impressionnant et magnifique. Quand tu arrives chez eux, tu as envie de tout lâcher et de faire comme eux. C’est ma plus belle découverte sur les réseaux. (voir la vidéo ci-dessous)

3 ANS DE TRAVAUX INTENSES en 2 minutes ! (TIME LAPSE)

J’aime beaucoup aussi Mika de Passion Rénovation. C’est un skieur et snowboardeur qui a ouvert une chaîne de rénovation sur YouTube et il est devenu l’un des plus gros youtubeurs du bâtiment. Je lui ai donné un coup de main pour poser le carrelage dans sa salle de bains.

J’adore Cédric de Make in France. C’est un bon vivant. On s'éclate bien ensemble. Même chose avec Cyril Julien de French Renovation. Bien sûr, il y a Julien Bonnet. Sa société, Ma Belle Verrière, va venir prochainement installer les baies vitrées de notre nouveau bâtiment.

J'ai aussi envie de citer un petit qui fait parler de lui sur Instagram, Rudo Aga. C’est électricien de talent qui a son franc-parler. »

Carreleur, c'est ma revanche sur ma vie !

Est-ce que tu  peux nous raconter un moment déterminant de ton passé qui fait que tu es là aujourd’hui  ?

« C’est la persévérance

J’ai perdu ma mère assez jeune. Elle était le pilier de la maison. Elle était couturière. Elle menait la barque. Elle m’a appris à ne rien lâcher. J’ai toujours voulu aller de l’avant et réussir malgré les obstacles.

Si je suis là aujourd’hui, c’est ma revanche sur la vie.

Je me suis séparé il y a 9 ans. J’ai trois enfants. Cette séparation a été une grosse claque pour moi. 

Moi, j’aime la vie et mon rêve, c’était de construire une famille, de vivre avec ma femme et mes enfants dans une belle maison. Et une belle voiture aussi comme peut le désirer un petit garçon. 

Alors, quand tu perds ta maman, c’est difficile. Ensuite, la séparation a été ma plus grosse déception. Même si je me donne à fond dans mon travail, j’ai toujours été un papa présent qui prend son temps pour les accompagner à l’école.

Je me suis servi de ça comme d’un tremplin pour tout déchirer ! Aujourd’hui, c’est une revanche. J’ai tellement eu de reproches, on m’a tellement rabaissé parfois, que je suis fier d‘en être là. C’est une réponse positive à ces mauvais moments. Oui, c’est une revanche. »

Image
Eric le Carreleur, baptême de parapente
"J'allais  récupérer ma belle carrelette que j'avais prêtée à Mika (passionernovation), et ça a fini en baptême de parapente !"

 

 

 

Carreleur, ce n’était donc pas ton rêve de gosse. Comment es-tu devenu carreleur ? 

« Je voulais devenir avocat ! J’avais 15/16 de moyenne à l’école, mais je m’ennuyais. Ma mère l’a compris et elle m’a dit de me trouver un métier. Sauf que je ne savais pas du tout quoi faire. Je n’avais que 14 ans. Alors, j’ai ouvert les Pages Jaunes au hasard à la lettre « C » et mon regard s’est porté sur la rubrique « carrelage » !

J’ai commencé à m’imaginer dans la peau d’un carreleur. Faire quelque chose de joli m’a immédiatement séduit.  Sans perdre une seconde, j’ai passé un coup de fil à l’un d’entre eux. Je lui demande s’il cherchait un apprenti. Il me répond par l’affirmative.

Il était dans le village d’à-côté. Je monte sur ma mobylette et je vais discuter avec lui. J’étais petit et gringalet. Je devais faire une trentaine de kilos. Il me dit : « OK, je te prends comme apprenti, mais il va falloir manger de la soupe ! ». (rires)

Voilà comment la légende d’Éric le Carreleur a commencé, en ouvrant les Pages Jaunes à la lettre C ! Il faut oser, suivre son intuition et tenir bon. Passionnant, non ?

Le superman du carrelage

Qu’est-ce qu‘un bon carreleur ? 

Image
Eric le "super" Carreleur
Eric le "super" Carreleur

« C’est quelqu’un de rigoureux, organisé, aimable, souriant et qui aime conseiller. Il faut aussi des qualités artistiques. Le carrelage, et je te racontais que c’est cet aspect qui m’a immédiatement attiré, c’est un art visuel. On fait de jolies choses. Et puis, comme dans tout métier manuel, il faut être passionné. C’est la passion qui me fait tenir, car c’est un métier physique. Physiquement, je suis parfois à la limite. Prendre des vacances et du temps pour soi, c’est parfois indispensable. J’aime prendre mon camping-car et partir à la découverte d’autres cultures. »

Avec Tokster, on aime faire vos interviews. Caroline Semin me disait récemment qu’elle adore lire ces portraits d’artisans du bâtiment. Et toi, qu’en penses-tu ?

« En lisant tes articles, on découvre des choses sur les artisans du bâtiment. On voit que tu prends le temps d’écouter, car c’est bien raconté. Quand on commence un article, on a envie d’aller jusqu’au bout. On est content de lire des articles qui concernent nos collègues. On est curieux. »

Sur Zepros Bati, on aime aussi parler de votre matériel, ou boîte à outils, comme un guitariste le fait dans les revues de musique. Pourrais-tu justement me citer des outils indispensables pour un carreleur sur un chantier ?

« Mon outil préféré, c’est la meuleuse. Après dans ma boîte à outils, tu trouveras forcément une truelle, une carrelette, un mètre et un crayon. » 

Quelles sont tes marques préférées ?

« Les 4 marques principales sont VPI pour la colle à carrelage, JACKOBOARD pour l’XPS, PAVILIFT  pour les croisillons, et MAT INTER. Et puis, en outillage électroportatif, il y a BOSCH et HILTI. »

Pourrais-tu me dire quelque chose que même tes amis comme Johann, Julien ou Cédric ne savent pas ? Pour leur donner envie d’aller au bout de cette interview !

« Je suis une vraie pipelette, ils savent déjà tout de moi… »

Il réfléchit.

Deux minutes plus tard, je décide de lui poser une autre question. Et s’ils devaient t’inviter au restaurant, quel est ton plat préféré ?

Image
Eric le Carreleur, le superman du carrelage
Eric le Carreleur, le superman du carrelage

« Dans un restaurant qui cuisine du poisson avec du riz et une sauce au beurre. Et ça, c’est vrai, ils ne le savent pas. Sur les vidéos, ils ont plus l’habitude de me voir manger des burgers et des pizzas ! »  (rires)

Quel est ton héros réel ou imaginaire ?

« Superman ! Tout le monde le sait sur les réseaux. En revanche, ce que mes collègues ne savent pas de moi, c'est que je suis un fan de Marvel et des super-héros. Dès qu'un film sort au cinéma, je me précipite dans les salles.

Mais mon super-héros préféré reste Superman. J’aime ses pouvoirs. Voler, c’est génial. Mais c’est surtout pour sa personnalité qui m'attire, il correspond à ma vision de la vie : faire le bien, être gentil, être humain, à l’écoute des autres. Si j’avais ses pouvoirs, je volerais dans les pays en guerre pour attraper les méchants et rétablir la paix. »

Éric, les meilleurs artisans du bâtiment ont tous des talents qui sont comme des super-pouvoirs et contribuent au bien-être des autres.

Je vous invite à retrouver et suivre Éric le Carreleur sur ses réseaux sociaux : LinkedIn, YouTube, Instagram, TikTok et Facebook.

Denis Gentile
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire