Image
Grand angle Milwaukee
Image
milwaukee
Image
pavé
Image
milwaukee

Valobat affiche trois services à la carte et met le réemploi au menu de 2024

Marie-Laure Barriera
Image
Collecte déchets Raboni

Un an et demi après son entrée en application , le déploiement de la REP PMCB et des points de reprise se poursuit et s'accélère. A travers son Valobat Tour,  Valobat continue à "évangéliser" les professionnels. Si en 2023, priorité était donnée aux metteurs sur le marché, en 2024, le travail de sensibilisation se porte sur les détenteurs de déchets avec une offre en trois solutions. Autre grand sujet cette année, contribuer à structurer des modèles de réemploi pour favoriser l'économie circulaire.

Partager sur

« Un contexte conjoncturel qui est défavorable mais qui n’empêche pas d’avancer », lors d’une étape parisienne du Valobat Tour, Hervé de Maistre, président de Valobat et Rami Jabbour, directeur Marketing et Communication ont dressé un état des lieux du déploiement de la REP PMCB et annoncé les actions prioritaires de ces prochains mois. Pour cette deuxième année de mise en application, le focus est pointé sur la nécessité de sensibiliser et informer les détenteurs de déchets, après avoir l’an passé mis l’accent sur les metteurs sur le marché. 

8 000 metteurs sur le marché déclarés, tout éco-organisme confondu, et dont plus de 4 700 ont choisi Valobat.


Trois solutions de reprise pour couvrir les besoins

« Nous avons largement travaillé pour proposer en 2024 des solutions adaptées à chaque type de besoin, et chaque type de détenteur », explique Hervé de Maistre. » Première attente identifiée, celles des artisans et petites entreprises pour trouver rapidement un point de reprise. L’éco-organisme, avec son application ValoDépôt, leur permet de visualiser et sélectionner tous les points de reprise de Valobat en fonction des déchets préalablement triés sur le chantier. A date, l’application recense 1080 points de distributeurs, 250 déchetteries professionnelles, 309 déchetteries publiques et 50 plateformes de recyclage d’inertes. Des chiffres dont se félicite Valobat, les deux responsables indiquant une accélération du nombre de collectes et de rotation de bennes depuis le début de l’année.
 

Image
Collecte déchets chantier

Deuxième service attendu sur le terrain, la reprise directe sur les chantiers qui génèrent de grosses quantités de déchets. La collecte est assurée par un opérateur référencé par Valobat qui prend en charge le coût du traitement des déchets triés « mais pas celui du transport qui reste à la charge de l’entreprise », précise Rami Jabbour, pour qui « cette solution devrait à termes être la plus importante en volume de déchets ». 
 

 

 

 

Image
Reprise déchets entreprise

Enfin, troisième cas de figure, l’enlèvement des déchets massifiés à l’entrepôt de l’entreprise. « Un des services qui prend de l’essor » commente le responsable marketing qui détaille : 485 entreprises ont déposé des demandes, 79 dossiers ont été validés et 22 ont déjà commencés. Ce « service de reprise à l’entrepôt » qui constitue « une première sur le marché » est destinée aux entreprises du bâtiment qui ont la place de stocker et de massifier leurs déchets de chantiers dans leur entrepôt.

 

 

Ces dispositifs ont permis à Valobat de collecter ou soutenir financièrement près de 800 000 tonnes de déchets inertes et non inertes.
 

Si la mise en application de la REP PMCB suit un rythme jugé rapide compte tenu de la complexité de la filière Bâtiment, les responsables avouent qu’il y a encore un travail à faire pour installer en profondeur le geste de tri sur les chantiers. Des webinaires, des sessions de formation, des participations à des salons sont programmés dans l’année. « En parallèle, nous lançons une campagne publicitaire d’envergure, en TV, radio et digital, pour rappeler l’importance du geste de tri pour éliminer les dépôts sauvage », annonce Hervé de Maistre. Les points de reprise, sont également source d’information avec une palette d’outils ILV et PLV. Une nécessité pour que les prochaines étapes que sont le recyclage et le réemploi deviennent réalité. 

L’économie circulaire en ligne mire
 

« Le rôle de Valobat, c’est de faire émerger un marché du réemploi », explique Hervé de Maistre. Comment ? « En activant la demande, en structurant une offre, en organisant la rencontre entre offre et demande ». 
Pour commencer à dérouler ce programme, Valobat a lancé un AMI (appel à manifestation d’intérêt) pour sélectionner des plateformes de réemploi existantes. 11 d’entre elles ont été retenues pour bénéficier d’investissement financier. Prochainement, deux nouveaux AMI seront lancés, cette fois pour soutenir la création de nouvelles plateformes. 

Côté recyclage, en préparation pour le second semestre, l’engagement de l’éco-organisme pour contribuer à accélérer des projets de Recherche & Développement. « Cette année, la priorité portera sur le recyclage avec par exemple la séparation des matériaux, la préparation au recyclage, la production et l’intégration de matière première recyclée, ou encore la détection de composants perturbateurs au recyclage. », concluent les deux responsables. 

OBJECTIFS à fin 2024

Déploiement de 5 000 points de reprise comprenant :

  • 1 600 points de reprise privés intégrant les distributeurs, les déchetteries professionnelles et les plateformes de recyclage pour les inertes
  • 3 400 déchetteries publiques
  • 500 entrepôts sur le « Service de reprise entrepôts »

Les acteurs du réemploi retenus dans le 1er AMI

Le CMBC Constructions Métalliques pour son projet SteelAlive
CEGELEC Nord Grands Projets et son projet de réemploi de câbles électriques
DEMANTEC REEMPLOI
Mobius réemploi
Cycle Up
Association ENFIN! RÉEMPLOI
Le projet Reboot de LA BOITE X
Le projet TOTUM de MADE IN PAST
Le projet de communication de Minéka
Reemprod, la filiale d'ARTICONNEX
Aplomb - ECO'MAT38

Marie-Laure Barriera
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire